Intipa wawan 'Les Enfants du Soleil'
 


Correspondance des classes de CP de Chamiseria (Pérou) et Le Perreux (France)

Bilan de l'expérience précédente

La découverte d'une autre culture, d'une autre manière de vivre, d'un autre environnement et le dynamisme qu'il a fait naître auprès des enfants dans l'échange Acopalca / Balisy incitait à renouveler l'expérience.

Les partenaires

La correspondance a été réalisée avec une classe de CP du Perreux dont la professeure des écoles, Véronique Morette, connaissant le Pérou, était partante pour cette nouvelle activité avec ses élèves.
La mise en place a demandé du temps : Geneviève Hocquard a dû contacter, à Chamiseria, la professeure d'une classe équivalente et lui remettre le courrier destiné aux petits Péruviens : une guirlande formée par les photos et les prénoms de tous enfants de la classe ainsi qu'une lettre dans laquelle ils manifestaient leur curiosité sur cette nouvelle culture.


Travail réalisé par les élèves de l'école Clémenceau du Perreux

Après une présentation du Pérou : photos, exposition dans la classe d'objets péruviens (ponchos, bonnets, flûtes andines, bijoux traditionnels, tapisseries...), écoute de musiques traditionnelles du Pérou, les enfants maîtrisant un peu plus la lecture, ont travaillé, à partir du mois de mai, sur 2 livres : «Le Merveilleux voyage de Picaflor et d'Inti» et «Le chevalier Armadillo».

- J'ai passé 2 après-midi avec eux pour leur expliquer comment j'avais eu l'idée d'écrire ces contes, répondre à leurs questions, relire le livre avec eux. La petite Jade, dont la maman est Péruvienne, buvait mes paroles.

Et le succès fut total quand j'ai raconté que la mascotte de la coupe du monde de football était un tatou (un tatou ballon, espèce naine de moins d'un kilo) qu'il s'appelait «fuleco» contraction de «futbol» et d' «écologie» (l'espèce étant menacée, il en reste moins de 100, les Brésiliens ont pensé que le choisir comme mascotte contribuerait à sa sauvegarde).

Véronique leur a ensuite proposé de se servir du livre «Picaflor» pour raconter, à leur tour, l'histoire en l'illustrant. Ils pouvaient soit recopier certaines phrases du texte, soit reprendre des épisodes du conte à leur façon et surtout l'illustrer.

Le résultat est magnifique : un livre géant (60 cm x 33 cm) avec de superbes dessins très colorés. Josué Sanchez, l'illustrateur péruvien, qui a reçu les photos du livre a écrit qu'ils étaient meilleurs que ses dessins : «très spontanés et aux couleurs magnifiques, même s'ils ont été influencés par moi».

Retombées

Lors de kermesse de l'école, les parents ont pu voir le livre fait par les enfants et ont été très impressionnés (22 livres ont été achetés).
Un nouvel échange est prévu pour mars 2015, à la rentrée des écoliers péruviens. Le décalage de la
date de la rentrée scolaire entre la France et le Pérou rend l'échange plus difficile et plus court, il faut s'y préparer à l'avance, ce que l'on va tenter en 2015.

Maguy Bussonnière

 
Retour page d'accueil